Cotent’Ane - Découverte des ânes

ÉLEVAGE COTENT'ÂNE

 
Ane du Cotentin Ane du Cotentin Ane du Cotentin Ane du Cotentin Ane du Cotentin
 
Nous ne proposons plus de visite accompagnée
 

Formulaire de contact »

 
Ane du Cotentin Ane du Cotentin Ane du Cotentin Ane du Cotentin Ane du Cotentin

ÂNE DU COTENTIN

Choisissez une couleur :

Accueillir un âne

Si vous habitez en appartement, inutile d'espérer vivre près de votre âne, à moins de le mettre en pension quelque part. Mais si vous résidez à la campagne, sachez que, contrairement au cheval ou même au poney, les besoins d'un âne sont relativement faciles à combler. Son entretien est relativement simple, mais attention, ce nounours aux grandes oreilles n'est pas un jouet que l'on abandonne au fond du jardin !

L'âne a besoin de liberté

Il ne supporte pas de rester constamment enfermé. Il lui faut donc une pâture où il peut vaquer à sa guise. Une superficie de 4000 à 5000 m² est nécessaire pour que l'herbe suffise à le nourrir pendant la bonne saison (dimensions idéales pour une alternance mensuelle de l'animal sur le pâturage : un carré ou un rectangle qui divisé, constitue deux carrés). En hiver, lorsque la végétation ne pousse plus, il a besoin d'un complément alimentaire. Inutile de rechercher une pâture à la végétation riche, car l'âne se contente d'espèces végétales relativement pauvres, à condition qu'il y en ait suffisamment. L'âne est en effet enclin à l'obésité. Une prairie naturelle où les espèces végétales sont nombreuses est préférable à une prairie semée d'une seule graminée riche. Dans une prairie sauvage, il peut "herboriser", en recherchant les espèces sauvages qui lui conviennent le mieux. La pâture doit être entourée par une clôture sûre, car l'âne est plus fugueur que ses cousins chevaux ou poneys. Il se fait un jeu d'ouvrir les verrous avec ses lèvres habiles et passe sans vergogne à travers les fils détendus d'une mauvaise clôture, même s'il s'agit de fils barbelés. En effet, sa peau épaisse le protège des agressions du fil barbelé lorsqu'il a décidé d'aller glaner quelques brins d'herbe tendre chez les voisins ou d'aller goûter à la production de votre potager. La clôture constituée de deux rangs de ruban électrique est efficace, à condition que l'électrification soit suffisamment puissante et reste constamment branché. Prévoyez également un abri où l'âne peut se protéger, particulièrement les jours de pluie et de vent, car il est plus frileux que le cheval ou le poney. Une haie ou un bosquet qui forme un coupe-vent est également bienvenu pour le protégé des pluies rasantes. Un point d'eau permanent est indispensable, car l'âne peut boire une quinzaine de litres par jour, particulièrement lorsqu'il fait chaud ou même par temps sec en hiver. S'il y a des arbres dans le pré, entourez les troncs avec du grillage, car l'âne adore ronger les écorces.

Autre point important, la pâture doit disposer de zones qui restent sèches quel que soit le temps. Les sabots souffrent d'une humidité prolongée et l'âne aime se coucher et se rouler sur un sol sec. Autre point à connaître : l'âne ne supporte pas la solitude. Il lui faut un compagnon de pâture : un autre âne, un cheval, des moutons, des vaches et des chèvres, sans quoi il dépérit.

Anesses communesAnesses cotentinesAnesse berrichonneAnesse berrichonne

L'âne est frileux

Pendant la saison froide, il doit pouvoir s'abriter dans une écurie confortable. L'ouverture doit être protégée des vents dominants et dirigée vers le soleil : sud ou sud-est. Dans un box classique pour cheval (3 m x 3 m), vous pouvez abriter deux ânes ou un âne accompagné d'une chèvre, par exemple, pour trois ânes, comptez une superficie de 12 m² (4 m x 3 m). S'ils sont quatre, prévoyez une stabulation de 18 m² (6 m x 3 m). Une hauteur minimum de 2,5 m est nécessaire pour que l'âne dispose d'une réserve d'air frais suffisante, car ses poumons risquent de souffrir d'un air vicié. La porte du box doit laisser un passage de 1 m au minimum. Quant à la hauteur de la porte, prévoyez une hauteur suffisante (1,20 m), car l'âne est capable de la sauter. Pour faciliter le curage du box et améliorer l'hygiène, il est préférable que le sol du box soit bétonné et présente une légère pente dirigée vers l'ouverture (1 cm à 2 cm par mètre).

Anesse berrichonneAnesse communeAnesse cotentineAnesse cotentine

Un point d'eau permanent est indispensable

Soit un simple seau d'eau suspendu, soit mieux, un abreuvoir automatique à niveau constant. Prévoyez également une auge et éventuellement un râtelier à foin placé à 0,60 m du sol. La hauteur de l'auge et de l'abreuvoir dépend de la taille de l'âne : 0,50 à 0,60 m du sol pour un âne moyen. Tous les aménagements intérieurs doivent être solides, car l'âne s'amusera à les mettre à rude épreuve avec ses dents. Pour cette raison, pas d'installation électrique à sa portée ! Vous pouvez également peindre les murs en bleu, car cette couleur est réputée éloigner les insectes.

AnonAnonAnonAnon

Prévoyez également des anneaux d'attache

Un par âne, s'il y en a plusieurs dans le box. Des anneaux disposés à l'extérieur permettent d'attacher les ânes pendant le pansage et la mise en place du harnachement. Les anneaux doivent être mis à 1,20 m du sol. Placés trop bas, l'âne peut se faire une prise de longe au niveau des membres. Et même si vous êtes quelque peu maniaque, laissez quelques toiles d'araignée en place pour limiter le nombre d'insectes qui ne cessent de le harceler pendant la saison chaude. Quant aux hirondelles qui adorent les insectes et ne manqueront pas de construire des nids dans les boxes, ne les dérangez pas et laissez un passage au niveau du volet de porte, s'il vous arrive de le fermer.

AnonAnonAnonTroupeau d'ânesses

Des soins réguliers indispensables pour votre compagnon

En plus de l'alimentation quotidienne, un pansage régulier est utile pour nettoyer son pelage et masser sa peau. De plus, le pansage lui est agréable et vous permet de vérifier qu'il n'est pas blessé. Pansez-le à l'étrille et la brosse avant chaque utilisation, et deux fois par semaine lorsqu'il séjourne constamment en pâture. À l'occasion de chaque pansage, curez ses pieds et vérifiez ses fers, s'il est ferré. Vous pouvez améliorer la qualité de la corne en graissant, une fois par semaine, les pieds dessus et dessous avec un onguent de pied.

Si l'âne est régulièrement promené sur des sols durs, il peut être utile de le ferrer. Ferré ou non, il faut tailler régulièrement la corne. Comptez trois à quatre interventions d'un maréchal-ferrant par an. Il est également conseillé de consulter un dentiste équin lorsque l'âne mâche mal ; particulièrement s'il prend de l'âge.

Vous voilà suffisamment renseigné pour être convaincu qu'il vous est possible d'accueillir un âne chez vous !

L'âne du Cotentin

L'introduction des ânes dans la Manche paraît remonter à une époque relativement ancienne. Des recherches aux archives départementales ont permis de prouver qu'il existait déjà des ânes dans ce département vers le milieu du XVIe siècle, voire avant...

Lire la suite »

 

Sur 4.000 ânes recensés en 1902 dans le département de la Manche, la majeure partie se trouvait dans les arrondissements de Valognes et Cherbourg en Nord Cotentin dont l'âne du Cotentin. Aux foires réputées de Lessay et de Gavray dans la Manche, il se vendait, avant-guerre, entre 300 à 400 ânes qui partaient vers les autres régions de France, voire à l'étranger...

Lire la suite »

L'âne intelligent

Doux et tendre, serein et courtois, organisé et montrant avec ses congénères un sens certain de la convivialité, l'âne est aussi intelligent. L'histoire du bonnet d'âne a toujours été prise à l'envers. En réalité, le bonnet d'âne était mis sur la tête des cancres pour leur faire passer l'intelligence de l'âne !

Lire la suite »

L'âne victime

Têtu, idiot, ignare, lent, méchant... On s'est moqué de ses grandes oreilles et de sa prétendue stupidité, de son entêtement et de son sale caractère. Que d'âneries racontées sur son compte ! Résultat ? La rumeur est là. Une rumeur tenace...

Lire la suite »

Les foires de la Manche

Par tout ce qu'elle détermine, la foire constitue un événement majeur. Sans doute fait-elle, d'abord, et en apparence plus qu'en vérité, partie d'un patrimoine orienté vers le monde agricole.

Aujourd'hui, elles ont pris des noms nouveaux, étranges parfois. Souvent, elles ne vivent plus guère que de la nouveauté ou des festivités qu'elles avaient créées. Elles ont retrouvé ainsi une grande part de leur aspect originel...

Lire la suite »